CA-2017-AFFICHERésumé : Dans la petite ville de Derry des enfants disparaissent. Bill avait un petit frère, Georgie, qui a disparu un jour de pluie, et refuse d'accepter sa mort. Les adultes quant-à-eux semblent ne pas vouloir enquêter sur les disparitions, comme s'ils oubliaient rapidement ces événements. Malmenés par des élèves plus âgés, Bill et ses camarades forment un groupe : « le Club des Ratés » et seront confrontés à la menace qui pèse sur la ville : une créature maléfique habite sous terre et dévore les gosses.

****

Avis : J'ai réussi à survivre à la séance cinéma….Fioooou…. J'ai eu droit à des adolescents déchaînes qui racontaient des blagues pendant tout le film, et qui jetaient des trucs sur les spectateurs (des glands [ils jetaient des glands, je veux dire])….heureusement je m'étais assise dans une rangée stratégique, bien sur la gauche, du coup j'ai pu profiter du film un minimum, même si je ressens le besoin de le revoir dans de « bonnes conditions ».

Nouvelle adaptation du roman de Stephen King (j'insiste sur le fait qu'il ne s'agit pas d'un remake du téléfilm), j'attendais ce film avec impatience ! Puisque le film de 1990 se fait vieux, j'étais curieuse de voir cette version (et le fait qu'il sorte au cinéma annonce aussi un budget plus important).

Tout d'abord, je peux dire que malgré l'ambiance créée par des spectateurs terribles pendant ma séance ciné, j'ai eu de longs moments de frayeur, je peux même vous avouer sans honte que j'ai hurlé de peur durant une scène, et à d'autres j'étais si terrorisée que je m'étais recroquevillée sur mon siège (je précise tout de même que j'ai peur des Clowns, et cela date d'avant mon visionnage du téléfilm « Ça : il est revenu »).
Donc pendant cette séance ciné j'ai eu les larmes aux yeux de trouille…

L'ouverture de « Ça : chapitre 1 » m'a surprise et choquée (positivement parlant), dans le sens où je ne m'attendais pas à ce qu'on voit ce qui arrive à Georgie. Le téléfilm avait mentionné ce qui lui était arrivé mais on avait rien vu, et puis comme il s'agit d'un enfant et que la violence envers les enfants reste assez tabou au cinéma je ne pensais pas que le réalisateur nous montrerait tout.
Cependant, ma « peur » est arrivée vers la moitié du film environ. En effet, le début du film (après le titre) m'a un peu laissé de marbre, comme si j'assistais plus à un film fantastique qu'à un film d'épouvante.
On découvre les personnages au fur-et-à-mesure, leur vie se révèle à nous, et leur rencontre avec la créature aussi. Certes, je stressais quand même aux apparitions de Grippe-Sou, mais ça allait. Sauf que…. c'était juste pour me faire croire que cette version n'allait pas me terroriser.
Ouai. A un moment je me suis dis « Bon, finalement ça va, il fait pas trop peur ce film ». Quelle idiote.

Doooooonc, à partir de la moitié du film environ je n'allais PLUS BIEN DU TOUT BORDEL MAIS VOUS AVEZ VU CE MONSTRE ?
De plus, je trouve que le contexte dans lequel sont placés les jeunes héros est très dur dans ce film : un père pervers, une mère étouffante, un père violent, des parents morts brûlés, etc. sans compter les brutes de l'école, des jeunes gars qui sont très agressifs (et qui ont aussi des problèmes avec leurs parents...).

Les acteurs sont tous convaincants à mes yeux, ceux qui interprètent les héros semblent former une bonne équipe.
Grippe-Sou est joué par un Bill Skarsgård, (que j'ai découvert dans Hemlock Grove et je lui souhaite une belle carrière) au sommet de sa forme. J'ai adoré cette version du Clown monstrueux. Il n'a pas le côté malsain que dégageait Tim Curry dans le téléfilm, mais il a d'autres cordes à son arc : sa taille (il a l'air immense dans le film!), son visage jeune, son regard, ses mouvements….son attitude globale qui fait inhumain, anormal, dangereux (ET SES PUT**NS DE DENTS POINTUES).

La fin du film dans les égouts apporte un côté poétique quand on voit les « enfants » (je ne parle pas des héros mais des autres…. no spoilers). Maintenant, reste plus qu'à attendre le chapitre 2 !

En bref : OH YEAH !

pennywise_attac

Ca-2017-losers-club

CA-2017-maison